Nov 212012
 
President François Hollande

Trouble viewing translation? Select your default language using Google Translate near top of page. Please be patient with machine translation as it is an evolving technology.

Le président François Hollande a assuré mercredi que le projet de loi pour le mariage pour tous ne parlerait pas de la “liberté de conscience” des élus, a déclaré le porte-parole de l’Inter-LGBT (lesbienne, gay, bi et trans), Nicolas Gougain.

Marche arrière toute pour François Hollande. Il semble que le président de la République a décidé de retirer purement et simplement sa déclaration sur la « liberté de conscience » accordée aux maires pour la célébration des mariages gay, selon l’inter-LGBT qui a été reçue à l’Elysée mercredi après-midi. Une information confirmée par l’entourage de François Hollande, selon Reuters.



“Il n’y aura pas de liberté de conscience dans le projet de loi sur le mariage pour tous qui sera présenté”, a assuré Nicolas Gougain, porte-parole de l’Inter-LGBT, à l’issue d’un entretien avec le président. Selon M. Gougain, le président a reconnu que le terme de “liberté de conscience” n’était pas “approprié”.

Confirmation dans l’entourage du président : “Il retire l’expression liberté de conscience. Il n’emploie plus l’expression liberté de conscience”, a-t-on déclaré dans l’entourage du chef de l’Etat. “Le président a utilisé le terme parce qu’il avait été employé à plusieurs reprises par les personnes qui parlaient avant et en particulier par (le président de l’association des maires de France) Jacques Pélissard. Il répondait à cette interpellation”, a-t-on ajouté de même source.

“Scandalisée”

Devant l’Association des Maires de France mardi, le chef de l’Etat avait reconnu la possibilité pour les maires hostiles au mariage homosexuel d’invoquer leur “liberté de conscience” et de déléguer la célébration à des adjoints. La déclaration du chef de l’Etat avait provoqué un tollé chez les partisans du mariage pour tous, pourtant voulu par la gauche au pouvoir. L’Inter-LGBT (lesbienne, gay, bi et trans) avait annoncé mercredi midi qu’elle suspendait “toutes ses relations” avec le gouvernement, “scandalisée” par les déclarations de François Hollande sur la “liberté de conscience” des maires face à la célébration du mariage gay.

L’Inter-LGBT, interlocuteur du gouvernement sur les questions liées à l’homosexualité, “exigeait” d’être reçue “rapidement” par le président de la République (Lire : “L’inter-LGBT reçu à l’Elysée”). Une délégation de deux personnes de l’Inter-LGBT a été reçue à 16 heures à l’Elysée. “Les dispositions du droit qui seront appliquées pour les couples homosexuels doivent être les mêmes que pour les couples hétérosexuels”, a estimé M. Gougain. Selon le porte-parole de l’Inter-LGBT, François Hollande a affirmé sa détermination à voir aboutir le projet de loi pour le mariage pour tous.

Related...