Sep 272012
 
deux Français sur trois pour un référendum

Trouble viewing translation? Select your default language using Google Translate near top of page.

66% des Français interrogés par Ifop pour l’association Alliance Vita sont favorables à une consultation sur ce projet de loi.

Les Français ont envie d’un débat sur le sujet de l’ouverture de l’adoption aux couples de même sexe selon un sondage Ifop réalisé pour l’association Alliance Vita (fondée par Christine Boutin) auprès d’un échantillon de 1003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus; il a été réalisé entre le 18 et le 20 septembre.

À la question «Le gouvernement a présenté son projet de loi autorisant le mariage homosexuel avec droit d’adopter des enfants. Ce projet va modifier en profondeur le Code civil et le droit de la famille. Selon vous, sur un tel sujet, les Français doivent-ils être appelés à décider par référendum?», 66% des Français interrogés répondent oui. Ce souhait d’approfondir les questions que pose ce projet de loi est exprimé par 51% des sympathisants de gauche. Les sympathisants de l’UMP sont 77% à l’appeler de leurs vœux tandis que ceux du FN l’approuvent à 84%. Les hommes sont encore plus favorables à cette consultation (70%) que les femmes (62%). Les 18-24 ans aimeraient enfin dans leur grande majorité (71%) être consultés.

Une proposition de Christine Boutin

La question posée par Ifop reste cependant rhétorique. La demande d’un référendum sur cette question – une proposition de Christine Boutin dès le lancement du projet – est en effet peu réaliste. Seul le président de la République pourrait le convoquer faute de définition des conditions d’application du «référendum d’initiative populaire».

«Nous avons lancé ce sondage car nous sentons qu’il y a un refus de débat sur le fond du sujet, la question de l’enfant, commente Tugdual Derville, délégué général d’Alliance Vita. Face à la découverte progressive des conséquences d’une telle réforme, spécialement pour les enfants mais aussi pour l’ensemble des familles, ce résultat témoigne que le débat autour du «mariage» et de l’adoption homosexuels est trop important pour être bâclé. Notons par exemple le remplacement, qui nous concerne tous, des mots «père» et «mère» par «parent 1» et «parent 2».

Alliance Vita regrette que le gouvernement «écarte d’un revers de la main la question de l’enfant, la parité originelle père-mère dans la procréation comme dans l’éducation» dans une société «qui souffre de l’éclatement des familles, de l’effacement du père et de l’isolement de la mère» avec la multiplication des familles monoparentales.

Le projet de loi élaboré par les ministres de la Justice et de la Famille doit être présenté au Conseil des ministres le 31 octobre. L’avant-projet, document de travail, dévoilé par Le Figaro et La Vie, ne prévoit pas de donner accès à la procréation médicalement assistée (PMA) aux couples de femmes ni de transformer la présomption de paternité en une présomption de parenté, deux fortes revendications des associations de défense des droits des homosexuels. Selon le ministère de la Justice, des arbitrages sont encore en cours.

Agnès Leclair
http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2012/09/27/01016-20120927ARTFIG00577-mariage-gay-deux-francais-sur-trois-pour-un-referendum.php

 

Related...